«L’accélération est brutale!»

Co-fondateur de la société On, Caspar Coppetti a été le premier à réserver un Audi e-tron en Suisse. Maintenant, il est le premier à pouvoir le conduire sur les routes helvétiques. Voici ses premières impressions de ce baptême.

Par Max Fischer

Il est le premier qui a pu conduire l’Audi e-tron sur les routes suisses. Caspar Coppetti, co-fondateur du fabricant de chaussures haut de gamme On, est enchanté dès les premiers kilomètres parcourus sur les routes du Parc du Jura argovien: «Très silencieux et agréable, et ultra précis – et quand le conducteur le décide, ça décoiffe!»

«Dans un jogging, c’est la sensation «waouh» du coureur qui compte», dit Coppetti. Dans la conduite automobile, c’est pareil: «Conduire doit être un plaisir», ajoute le co-fondateur de On. «Et c’est ce que vous ressentez dans l’e-tron», se réjouit-il. L’affichage Power est sur «ready». Engagez une vitesse – et c’est parti. «La voiture survole littéralement les routes», affirme Coppetti. «L’e-tron est extrêmement silencieux – vous n’entendez pas le moteur et, grâce aux verres feuilletés, vous ne percevez pas non plus le bruit du vent, même à 120 km/h.»

«Comme un gamin qui attend Noël avec impatience»: Caspar Coppetti conduit l’Audi e-tron pour la première fois. (Photo: Filip Zuan)
«Comme un gamin qui attend Noël avec impatience»: Caspar Coppetti conduit l’Audi e-tron pour la première fois. (Photo: Filip Zuan)

L’idéal pour parcourir des longues distances en toute détente, selon lui. Et soudain, le gamin qui dort en lui se réveille: «Là, il se passe quelque chose», s’exclame-t-il dans la montée vers Ampfernhöhe, car «l’accélération est brutale!» Coppetti sélectionne alors le mode Boost. Autrement dit: 300 kilowatts – soit plus de 400 ch – sont libérés. Et, la meilleure nouvelle: «La totalité du couple est là dès le premier mètre parcouru.»

Pour lui, une chose est claire après ces premiers kilomètres à bord de l’Audi e-tron: «Comme un gamin qui attend Noël avec impatience: quand le cadeau désiré se trouve au pied du sapin, le bonheur est indescriptible – je ne regrette en rien d’avoir attendu l’e-tron pendant des mois.»

«La totalité du couple dès le premier mètre parcouru: Caspar Coppetti teste le mode Boost de l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)
«La totalité du couple dès le premier mètre parcouru: Caspar Coppetti teste le mode Boost de l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)

Comme son nom de famille l’indique: Coppetti a du sang italien dans les veines. Il adore les voitures rapides et belles. «Je rejoins souvent Zurich depuis l’Engadine.» À ses yeux, il est très pratique de pouvoir doubler une caravane dans la montée au col de l’Albula. Et de pouvoir compter sur la traction intégrale quattro en hiver. Mais pour lui et son entreprise On, le fait que l’Audi e-tron combine émotions et conscience écologique est encore plus important.

La voiture rêvée pour l’adepte du jogging: Coppetti devant l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)
La voiture rêvée pour l’adepte du jogging: Coppetti devant l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)

En joggeur passionné et co-fondateur de la société de chaussures de course On, il est gêné par le bruit et les mauvaises odeurs. Avec sa société, il a donc recherché une alternative écologique et sans émissions pour son parc de véhicules. Une approche on ne peut plus rentable, car les commerciaux de On parcourent environ 80 000 km chaque année – «et moi environ 35 000», ajoute-t-il. Lorsqu’en fan d’Audi (jusqu’à présent au volant d’une A6 3.0 TDI Competition) Coppetti a entendu parler de l’e-tron, il a été immédiatement convaincu: «Il va très bien avec On.»

«Il va très bien avec On»: Coppetti devant l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)
«Il va très bien avec On»: Coppetti devant l’Audi e-tron. (Photo: Filip Zuan)

Pour les deux entreprises, la durabilité n’est pas une belle parole. Toutes deux veulent préserver notre planète pour les générations à venir. Et en plus, les deux sociétés misent sur le high-tech, sont extrêmement innovantes et veillent à ce que leur design soit bien affirmé et unique. Enfin, Audi et On sont deux entreprises volontiers pionnières qui passent pour des Géo Trouvetou dans leur branche.

Grâce à la traction intégrale quattro, l’Audi e-tron est aussi à l’aise sur les routes des cols suisses en hiver. (Photo: Filip Zuan)
Grâce à la traction intégrale quattro, l’Audi e-tron est aussi à l’aise sur les routes des cols suisses en hiver. (Photo: Filip Zuan)

Lors de sa première sortie à bord du nouveau modèle Audi e-tron, le fan de technique Coppetti – n’oublions pas qu’il possède aussi le brevet de pilote – a été sensible au système raffiné de récupération, qui contribue jusqu’à hauteur de 30 % de l’autonomie de plus de 400 kilomètres. Pour la première fois, trois modes différents sont combinés: la récupération en roue libre manuelle à l’aide des palettes, la récupération en roue libre automatique via le Predictive Efficiency Assist et la récupération de l’énergie de freinage avec transition douce entre la décélération par voie électrique et hydraulique. Coppetti: «J’ai certains collègues qui roulent en voiture électrique. Par le passé, ils calculaient le temps qu’ils mettaient entre un point A et un point B, alors qu’aujourd’hui ils cherchent la manière de réduire à chaque fois la consommation.»

L’Audi e-tron a convaincu Caspar Coppetti.
L’Audi e-tron a convaincu Caspar Coppetti.

Pour lui, le futur de l’automobile est sans émissions. Dès aujourd’hui, il réfléchit comment aller encore plus loin dans l’utilisation de son Audi e-tron. Bricoleur né, Coppetti compte construire sa propre petite centrale électrique. Par exemple en produisant son électricité avec des panneaux solaires – pour alimenter une pompe à chaleur ou la batterie de l’e-tron.

«Vraiment cool», dit-il à propos du système de navigation. Test sur le terrain réussi du premier coup. Coppetti veut se rendre à l’École professionnelle BBB de Baden. «Recherche en cours», annonce une sympathique voix féminine. Le système est relié directement à Google Maps. Il lui suffit de dire «je suis fatigué» pour que le système de navigation recherche immédiatement les hôtels situés à proximité. Jusqu’au moment où il s’enraye: quand Coppetti formule sa demande dans le dialecte local des Grisons, la dame déclare forfait.

Le système d’infotainment de l’Audi e-tron sait tout faire, ou presque – sauf si vous lui parlez en allemand des Grisons. (Photo: Audi)
Le système d’infotainment de l’Audi e-tron sait tout faire, ou presque – sauf si vous lui parlez en allemand des Grisons. (Photo: Audi)

Caspar Coppetti ne regrette pas le moins du monde d’avoir opté, chez On, pour la mobilité sans émissions de l’Audi e-tron: «J’ai attendu si longtemps pour ce premier tour à bord de l’e-tron. Une expérience hallucinante. Cette voiture propre est vraiment agréable à conduire, et grâce à ses divers assistants de conduite elle franchit une étape supplémentaire vers la conduite autonome. L’Audi e-tron changera radicalement le futur de l’automobile.»

e-tron News

Technique, société, mobilité: restez à la page dans les domaines qui marqueront la mobilité du futur.