Roulez dès maintenant sur le circuit de Formule E de Berne

Quels sont les virages vraiment palpitants lors de la course de Formule E de Berne? Dans la vidéo du circuit de l’E-Prix en compagnie du pilote DTM d’Audi Nico Müller (27), découvrez ce à quoi doivent veiller les pilotes.

Avec le Swiss E-Prix, c’est la première fois depuis 1954 qu’une course de circuit a lieu à Berne. À l’époque, les accélérations eurent lieu en périphérie de la ville, alors que la course de 2019 se déroulera dans le centre-ville.

Au point de départ de la course, les pilotes et les spectateurs jouissent d’un panorama sur la vieille ville de Berne. Malgré ce paysage idyllique, le circuit long de 2,75 km n’est pas une partie de plaisir en termes de technique de conduite. «Les routes abruptes rendent le circuit de Berne unique en son genre dans le monde», dit Stephan Oehen, chargé de presse de l’organisation de la course Swiss E-Prix Operations. La zone de départ et d’arrivée présente déjà une légère montée.

Les pilotes de course accélèrent à contre-sens sur une longue ligne droite avant de rencontrer un virage en épingle au niveau du Rosengarten. Ils empruntent alors l’Aargauerstalden qui présente une déclivité de neuf pour cent. Une fois arrivés en bas, c’est un passage clé qui les attend. L’étroit rond-point de la fosse aux ours n’est pas démonté pour la course et il doit être passé. Le parcours remonte ensuite via le petit Muristalden en direction de la zone de départ. Sur le chemin, une chicane qu’une seule voiture à la fois peut passer attend encore les pilotes.

Vivre la fièvre de la Formule E à Zurich

Une Audi e-tron FE05 au Salon de l’auto de Genève. (AUDI AG)
Une Audi e-tron FE05 au Salon de l’auto de Genève. (AUDI AG)

Des modèles de Formule E totalement inédits passent comme des flèches à travers la ville de Berne: ces nouveaux bolides disposent de batteries améliorées, ce qui évite aux pilotes de devoir changer de voiture en milieu de course, comme à l’E-Prix de Zurich. Vous pouvez également découvrir toutes les autres nouveautés de la saison actuelle ici. L’apparence des voitures a également évolué: le gigantesque aileron arrière a disparu pour faire place à présent à un large diffuseur. Ce qui lui vaut l’affectueux surnom de «Batmobil» de la part des fans.

Il est possible de découvrir en vrai le nouveau bolide d’Audi à Zurich, avant la course: à partir du 14 juin 2019 et jusqu’à peu de temps avant l’E-Prix de Berne, l’Audi e-tron FE05 sera exposée au tout nouveau Audi e-tron Experience Center de Zurich. Vous trouverez toutes les informations supplémentaires ici.

Les pilotes de course accélèrent à contre-sens sur une longue ligne droite avant de rencontrer un virage en épingle au niveau du Rosengarten. Ils empruntent alors l’Aargauerstalden qui présente une déclivité de neuf pour cent. Une fois arrivés en bas, c’est un passage clé qui les attend. L’étroit rond-point de la fosse aux ours n’est pas démonté pour la course et il doit être passé. Le parcours remonte ensuite via le petit Muristalden en direction de la zone de départ. Sur le chemin, une chicane qu’une seule voiture à la fois peut passer attend encore les pilotes.

Avec de tels défis, la priorité des pilotes est la sécurité: environ 1000 éléments de béton déjà utilisés à Zurich sécurisent le circuit vers l’extérieur, une clôture métallique étant installée derrière ces éléments. À part cela, les routes de Berne sont pratiquement adaptées à la course automobile. «Nous devons retirer onze îlots et réparer quelques nids de poule. Aucun revêtement supplémentaire n’est nécessaire car les routes sont suffisamment larges», assure Marc Heeb, codirecteur de l’inspection de police de la ville de Berne. L’inspection gère chaque année 1600 manifestations et la course de la Formule E ABB constitue pour Heeb un «événement absolument exceptionnel». Il a accompagné le championnat d’Europe de football 2008 à Berne, durant lequel 150 000 fans hollandais vinrent colorer la ville en orange. «La situation fut parfois chaotique dans le centre-ville.

Nous avons aujourd’hui beaucoup progressé dans la gestion des flux des visiteurs», dit Heeb. Son équipe calcule pour l’E-Prix combien de personnes se trouveront dans quels quartiers de la ville. Ils peuvent ainsi gérer la répartition ciblée des plus de 100 000 visiteurs attendus par les organisateurs de la course.

Hier heizen am 19. Juni 2019 die Strom-Boliden durch Bern. (Illustration: Marcel Aerni)
Hier heizen am 19. Juni 2019 die Strom-Boliden durch Bern. (Illustration: Marcel Aerni)

Les spectateurs suivent la course le long du circuit ou dans des tribunes payantes. «Des places de spectateurs individuelles sont mises gratuitement à la disposition des habitants du quartier Obstberg», indique le chargé de presse Oehen. Le circuit passe autour de ce quartier. Il est bloqué pour les véhicules durant le week-end de la course, mais les habitants peuvent traverser le circuit à tout moment: trois passerelles partiellement équipées d’ascenseurs seront installées. Des sapeurs-pompiers et des ambulanciers sont stationnés avec leurs véhicules à l’intérieur de l’anneau, afin de ne pas devoir traverser le circuit en cas d’urgence. La couverture du quartier par les organismes d’intervention d’urgence est donc plus importante que d’habitude.

Un pilote de course professionnel originaire de l’Oberland bernois

Médaille de bronze en DTM! Nico Müller le 18 mai 2019 sur le podium de Zolder (Belgique). 
Médaille de bronze en DTM! Nico Müller le 18 mai 2019 sur le podium de Zolder (Belgique). 

Nico Müller connaît le sport automobile, ainsi que Berne. Ce pilote de 27 ans vit à Thoune et parcourt avec aisance les pistes de course du monde entier. Sa carrière commença en 2004 en karting, il passa par la série GP3 et la Formule Renault 3,5, avant de parvenir en 2014 au DTM. Müller y pilote une Audi: il roula tout d’abord pour l’équipe Audi Sport Rosberg et roule aujourd’hui pour l’équipe Audi Sport ABT Sportsline. En tant que pilote de test et de développement pour l’équipe de Formule E Audi Sport ABT Schaeffler, il connaît également parfaitement l’Audi e-tron FE05 au volant de laquelle Lucas di Grassi et Daniel Abt se battront le 22 juin 2019 pour la victoire de l’E-Prix de Berne.

La vieille ville également est en état d’urgence pendant l’E-Prix. L’E-Village s’étend de la Zytglogge au Nydeggstalden. Des constructeurs automobiles y présentent par exemple des nouveautés de la mobilité électrique, et la course est retransmise en direct sur plusieurs écrans géants. «Outre la sécurité, les transports publics doivent également être assurés dans la vieille ville. Nous mettons plusieurs petits trains à disposition pendant la journée, comme ceux que l’on connaît dans les lieux de tourisme», dit Heeb. Il est impatient de voir la construction spectaculaire en bas de la vieille ville: le pont historique de Nydegg sera rehaussé d’une construction en bois de dix mètres de haut dans laquelle les équipes et les sponsors seront divertis. «Des entreprises de la région réalisent les travaux sur mandat de l’organisateur», déclare Heeb.

Ce que la ville réalise pour l’E-Prix est directement facturé à l’organisation de la course. Les fonds publics ne sont donc pas dépensés. La charge de travail est importante: pendant les préparatifs et le week-end de la course, environ 2500 personnes au total sont á la tâche, selon Oehen.

e-tron News

Technique, société, mobilité: restez à la page dans les domaines qui marqueront la mobilité du futur.