Pas de voitures autonomes sans 5G

Pas d’électromobilité sans nouveau réseau

Par Peter Hossli

Niveau 0

Vieille école: c’est ainsi que la plupart des gens ont appris à rouler – le conducteur ou la conductrice décide de tout. Il ou elle manie le volant, accélère et ne relâche jamais son attention. Le véhicule n’offre aucune forme d’assistance technique.

Niveau 1

Des systèmes d’assistance rudimentaires tels qu’assistants au maintien de la trajectoire, avertisseurs d’angles morts et aide au démarrage en côte facilitent la circulation.

Niveau 2

La plupart des véhicules qui sont aujourd’hui sur le marché disposent du niveau 2 en matière de circulation automatisée – le véhicule peut assumer de façon autonome certaines tâches: se garer, rester dans une voie ou freiner dans un bouchon et accélérer. Le niveau 2 est considéré comme une conduite partiellement automatisée.

Niveau 3

La conduite autonome de niveau 3 est considérée comme hautement autonome – l’Audi A8 introduite sur le marché l’an dernier est le modèle de niveau 3 émanant du constructeur d’Ingolstadt. Le système de pilotage à intelligence artificielle en cas d’embouteillage assure la conduite sur les autoroutes où la vitesse ralentie ne dépasse pas 60 km/h – y compris le démarrage, l’accélération, le pilotage et le freinage. Le conducteur n’est plus obligé de surveiller la voiture en permanence et peut s’adonner à une autre occupation, conformément aux règles nationales.

Niveau 4

Ces voitures sont-elles les dernières à avoir un volant? Grâce à l’intelligence artificielle, le véhicule pense et apprend. Il peut rouler lui-même jusqu’à 130km/h et changer lui-même de file. Cela devrait notamment permettre de réduire les embouteillages. L’être humain n’intervient plus que lorsque le système ne parvient pas à surmonter une situation donnée. L’étude Audi sur ce sujet s’appelle Elaine et repose sur le concept Audi e-tron Sportback. Grâce à la «zone AI» développée, le véhicule peut trouver tout seul une place de stationnement ou aller se recharger.

Niveau 5

À ce niveau, la circulation entièrement autonome et sans conducteur est devenue une réalité – il suffit de monter dans le véhicule et d’en descendre, c’est tout. Un exemple? Le véhicule d’essai Audi Alcon (présenté à l’IAA 2017) n’a ni volant, ni pédales, ni tableau de bord – la voiture est devenue son propre maître.

e-tron News

Technique, société, mobilité: restez à la page dans les domaines qui marqueront la mobilité du futur.